Algodystrophie de la cheville

traitement osteosynthese fracture pied chirurgien orthopediste specialiste institut cheville pied jouvenet paris

L’algodystrophie de la cheville est un état douloureux chronique lié à un dysfonctionnement du système nerveux. Quels sont les facteurs qui la déclenche ? les symptômes ? les traitements ?

Définition de l’algodystrophie de la cheville

L’algodystrophie de la cheville est également appelée neuroalgodystrophie de la cheville ou SRDC pour Sydrôme Régional Douloureux Complexe. C’est une pathologie rare qui atteint seulement 0,05 % de la population. Elle est davantage présente chez les femmes de plus de 40 ans. Cette maladie est complexe et son mécanisme n’est pas encore totalement compris par les médecins. Elle se caractérise par un enraidissement progressif de la cheville, accompagné de douleurs aigües.

Aucune certitude sur l’origine physiopathologique de l’algodystrophie de la cheville n’a encore été acquise. La probabilité la plus souvent évoquée par le corps médical est qu’elle correspond à un dysfonctionnement du système nerveux, au niveau de la moelle épinière ou directement du cerveau. Deux types de neuroalgodystrophie sont différenciés :

  • Le type 1 : c’est la forme de la pathologie la plus fréquente et la plus mystérieuse. Aucune lésion nerveuse n’est observée au niveau de la cheville.
  • Le type 2 : dans ce cas, des lésions nerveuses sont observables sur la région touchée. Cette forme est plus rare et peu systématiquement être reliée à un traumatisme localisé ou à un AVC.

Causes et facteurs de risque de l’algodystrophie de la cheville

Algodystrophie de la cheville et sport ne sont pas forcément liés. Cette pathologie peut apparaître après un traumatisme au niveau de l’articulation. Les médecins estiment qu’environ 50 % des algodystrophies apparaissent suite à une fracture, une entorse, une rééducation difficile ou une chirurgie. Néanmoins, les causes précises de la neuroalgodystrophie sont encore inconnues.

Parmi les facteurs de risque de l’algodystrophie de la cheville qui ont été repérés, il est possible de citer :

  • Un plâtre trop serré
  • Un traumatisme psychique (deuil, divorce, etc.).
  • Un trouble psychologique : dépression, anxiété, stress, hyperactivité.
  • Une atteinte neurologique ou du système nerveux périphérique (AVC, tumeur, sciatique, zona, etc.).
  • Un dérèglement hormonal : grossesse, troubles menstruels, diabète, hyperthyroïdie, hypothyroïdie…
  • La prise de certains médicaments (antituberculeux, iode radioactif…).
  • Une prédisposition génétique.

Symptômes de l’algodystrophie de la cheville

L’algodystrophie de la cheville et ses symptômes se développent en 3 phases.

La 1ère phase est une phase chaude. La cheville est tuméfiée et présente un œdème. La mobilité de l’articulation est limitée et une hyperesthésie cutanée apparaît (la peau est très sensible). Durant cette phase, la cheville est très douloureuse et présente un dérèglement de l’hydratation. La peau autour de la cheville est donc soit très sèche, soit très transpirante. Cette phase dure environ trois mois. Si l’algodystrophie de la cheville est la conséquence d’un traumatisme ou d’une opération chirurgicale, le début de cette phase peut être immédiat.

La deuxième phase est une phase froide. La peau autour de la cheville devient froide et moite. Les muscles de la cheville diminuent et s’affaiblissent. Les ongles durcissent et les poils sont plus épais. Cette phase peut durer de 3 mois à 10 mois.

La troisième phase est une phase de chronicité, car elle présente une diminution progressive de certains symptômes tandis que d’autres perdurent. Les douleurs finissent par disparaître, mais des troubles de la peau peuvent rester permanents. Dans certains cas, la peau reste très fine, les ongles sont épais et la sueur au niveau de la cheville persiste.

Diagnostic

Examen clinique

Pour une algodystrophie de la cheville, le diagnostic est extrêmement difficile à poser pour un médecin. En général, il s’agit d’un diagnostic par élimination. Le médecin interroge le patient. Il observe sa démarche et manipule le pied. Il peut aussi demander des examens d’imagerie pour éliminer les fractures, les entorses, les lésions ostéochondrales, l’arthrose et les tendinopathies dans le but de confirmer une algodystrophie de la cheville.

 

Examens d’imagerie

Plusieurs examens d’imagerie sont réalisés par le médecin pour confirmer l’algodystrophie de la cheville et surtout éliminer les autres pathologies possibles :

  • La scintigraphie osseuse est l’examen le plus utile pour diagnostiquer la pathologie le plus tôt possible.
  • La radiographie standard permet d’observer la neuroalgodystrophie tardive, lorsqu’une déminéralisation osseuse est visible et que des géodes apparaissent sur les os de la cheville.
  • L’IRM servira surtout à éliminer d’autres diagnostics comme l’arthrose ou la tendinopathie.
  • Le scanner sera utile pour prouver une affection des os, à un stade plutôt tardif.

Algodystrophie de la cheville : traitement

Traitement médical

À ce jour, il n’est pas réellement possible de soigner une algodystrophie de la cheville. Tout d’abord, la mise en place d’un traitement est impossible, car le mécanisme de la maladie est encore trop flou pour les spécialistes. De plus, la cause réelle de l’apparition de cette pathologie est également assez mystérieuse pour les médecins, dans environ 50 % des cas.

Pour une algodystrophie de la cheville, le traitement médical proposé par le spécialiste de la cheville sera avant tout symptomatique. Il visera l’élimination des douleurs et la récupération des fonctions motrices de la cheville par le patient. La mise au repos de la cheville sera préconisée dans la plupart des cas. L’articulation pourra être immobilisée avec un plâtre ou une attelle. L’idéal est de ne pas poser le pied par terre.

Ensuite, le traitement de la douleur peut être réalisé grâce à :

  • La prise d’antalgiques
  • Une infiltration de corticoïdes
  • La perfusion de kétamine ou de bisphonate
  • La cryothérapie

Pour aider le patient à récupérer la mobilité articulaire dans le cas d’une algodystrophie de la cheville, le médecin peut aussi recommander des séances de kinésithérapie. Dans certains cas, grâce à certaines manipulations et à une bonne rééducation, il est possible d’éliminer en quelques mois la perte de mobilité.

 

Traitement chirurgical

Si aucune lésion neurologique n’est détectée, il n’existe pas de traitement chirurgical adapté à l’algodystrophie de la cheville.

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 0 / 5. Nombre de notes : 0

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

Posez une question publique à un spécialiste

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *